Argumentaire scientifique

A la croisée de l’histoire du genre et de la sociologie de l’engagement, cette journée d’étude propose d’étudier les effets des violences politiques sur les vies individuelles et leurs inscriptions mémorielles dans les sociétés de l’Afrique contemporaine. En s’intéressant à des trajectoires d’hommes et de femmes « engagé.e.s » – membres d’organisations encarté.e.s ou non – dans des contextes de conflictualités intenses nous souhaitons comprendre comment le genre se reconstruit et se réinvente dans les situations de violence. Il s’agit, d’une part, d’étudier le rapport à la violence politique et à la construction des identités sexuées dans les sphères familiales et militantes. D’autre part, l’enjeu est de réinscrire la violence dans la durée pour dépasser l’événement et explorer les traces laissées par les affrontements politiques sur les générations suivantes.

L’articulation entre genre et violences politiques a connu de nombreuses avancées ces dernières années (Rouquet et Voldman 1995), avec des travaux venus briser le tabou de la violence des femmes (Cardi et Pruvost 2012 ; Bugnon 2015) ou encore des mécanismes du viol comme arme politique sur les femmes et les hommes (Branche et Virgili 2011 ; Branche 2002). D’autres ont déplacé la focale hors de l’espace public où se donnent à voir les violences politiques, pour étudier leurs effets sur les individus, leur vie intime et familiale (Fouchard 2013). Toutefois, dans la plupart de ces recherches centrées sur les pays occidentaux, les violences politiques ont été principalement étudiées à l’aune des expériences guerrières ou en armes. La réflexion a ainsi laissé de côté des expressions plus ordinaires ou quotidiennes de la violence politique exercée dans des systèmes autoritaires ou de démocratie pluraliste. Or, c’est bien en envisageant l’ensemble des situations de violences (Crettiez et Mucchielli 2010) que nous proposons d’interroger les bouleversements individuels et collectifs générés par ces expériences politiques. Cette journée entend, à partir de contextes politiques africains variés, comparer les mécanismes de la violence politique et questionner les frontières dans lesquelles elle s’exerce (public/privé, individuel/collectif, personnel/politique). Il s’agit également d’embrasser dans un même mouvement acteurs/actrices et victimes des violences.

Nous souhaitons, d’une part, lever le voile sur la rupture des liens familiaux et conjugaux, ainsi que sur les traces laissées par cette violence sur les trajectoires individuelles et les sociétés. Pour ce faire, un dialogue avec d’autres disciplines (histoire, sociologie, science politique, psychanalyse, littérature) permettra d’approfondir l’analyse de cette question qui bénéficie d’un riche renouvellement historiographique. Il s’agira d’explorer les modalités de filiation, de transmission et de ruptures familiales générées par les situations de violence.  Le terme de « familles » doit ici être pris dans sa plus large acception : il désigne non seulement la famille des liens de parentés (qu’ils soient biologiques ou sociaux), que la famille politique. Cette large définition permettra d’interroger la manière dont les deux s’articulent ou se concurrencent lorsque s’exerce la violence politique.

La question de l’expérience de la violence politique doit, d’autre part, être envisagée au prisme du genre, des générations et des âges de la vie. Cette perspective intersectionnelle permettra d’approfondir les recherches consacrées aux modes de socialisation politique et à la transmission générationnelle du militantisme, ainsi que les travaux portant sur les conséquences biographiques et militantes de l’engagement (Pagis 2014 ; McAdam 1992). Au cours de cette journée, nous entendons enfin mettre les trajectoires biographiques de militant.e.s au cœur de l’analyse. L’approche biographique permet de dépasser les conceptions essentialistes et déterministes de l’engagement pour souligner sa dimension processuelle, faite de socialisations non linéaires, de rencontres, de flux et reflux (Fillieule 2001 ; Sawicki et Siméant 2009 ; Sommier 2015). Les liens entre violences politiques, genre et carrières militantes sont fondamentaux pour comprendre le système de construction relationnelle de la différence des sexes face à l’engagement (Geiger 1996). Dans quelle mesure la violence politique produit des « chocs moraux » et des humiliations physiques entraînant une radicalisation ou – à l’inverse – un désengagement qui diffèrent en fonction de genre, de l’âge et du statut familial des individus ?

Trois axes de réflexion guideront les discussions :

1°- Un premier axe de réflexion interrogera la violence politique dans une approche intersectionnelle (Crenshaw 2005), plaçant au centre de la réflexion les rapports de genre, de race, de classe ou d’âge. A partir de travaux menés sur la violence politique des femmes, il s’agit d’étudier aussi bien les violences commises sur les femmes que par les femmes, en distinguant d’abord les formes sexuées de la violence dans ses formes générales puis en analysant les significations sexuées de ces dernières. La division sexuée du travail militant, permettant de contourner les normes de genre, se retrouve dans de nombreuses luttes armées : guerre d’Algérie (Gobin 2017), mouvement Mau-Mau au Kenya (Wambu Waiyaki Otieno 1998), Front de libération du Mozambique (Dagenais 2008), lutte de libération au Zimbabwe (Lyons 2002). Il convient alors d’interroger les modes de la violence politique féminine et leur inscription dans la stratégie des mouvements d’opposition ou des organisations (para)étatiques telles que les milices féminines ou brigades de vigilance. Comment s’opère leur recrutement ? Quel est le profil social, familial et générationnel des actrices de la violence politique ? Inversement, les recensements effectués sur les formes de violence montrent que la politique de terreur et d’anéantissement mise en œuvre par les militaires éthiopiens a visé les femmes de façon spécifique. Comment la proportion de femmes militantes, leurs rôles réels ou supposés ont-ils déterminé l’intensité et les formes de violence à leur égard ? Comment s’articulent violences de genre (violences sexuelles et sexuées) et violences politiques (Brun et Shepard 2016) ? En comparant les trajectoires de femmes et d’hommes d’âge différents nous entendons analyser les coûts de la répression et les décrochages biographiques qui semblent peser plus lourdement sur les individus en fonction du genre, de l’âge ou de la classe.

2°- Un deuxième axe de recherche entend développer une réflexion sur les familles à l’épreuve de la violence politique. Comment l’histoire politique s’est invitée dans les familles, par des voies secrètes ou violentes ? Une place importante sera accordée aux conséquences de l’emprisonnement sur les individus et aux (re)configurations familiales et identitaires engendrées. Que faire d’un mari ou d’un père « ennemi de la Nation » ? En quoi l’absence causée par la mort, l’emprisonnement, l’exil des hommes permet aux militantes de gravir les échelons de l’organisation ? Si le moment de la libération et du retour est bien souvent attendu avec ferveur des deux côtés, les historien.ne.s de la guerre ont mis à jour les incompréhensions, les déceptions conjugales et familiales qu’elles produisent (Rebreyend 2008 ; Cabanes et Piketty 2009 ; Virgili 2009). Pendant l’incarcération, des enfants sont nés qui ne connaissent pas leur père qui n’est d’ailleurs peut-être pas leur géniteur. Comment s’est négociée leur reconnaissance à la sortie de prison ? Quels sont les effets des violences (sexuelles) sur les trajectoires militantes, familiales et conjugales des individus incarcéré.e.s ? De leur séjour en prison, les militant.e.s ressortent avec le poids des tortures physiques et psychologiques. Tabous et non-dits enveloppent alors le vécu des familles et se transmettent sur plusieurs générations : alcoolisme, divorce, exil, investissement religieux, folie et parfois suicide peuvent être la trace d’un passé trop lourd à porter pour l’ex-prisonnièr.e.s comme pour son entourage. La prison et les souffrances partagées semblent enfin avoir constitué un moment fort dans le parcours politique de bon nombre de militant.e.s. Elle participe à ancrer l’engagement et à souder le groupe, ou au contraire marque une rupture, un abandon ou une reconversion. Le foyer devient-il le lieu de la « revanche patriarcale » pour des militants brisés par l’expérience carcérale ?

3°- Un troisième axe de recherche portera sur les processus de subjectivation. Il s’agit de saisir comment les contextes de violence politique viennent nourrir les formes de l’engagement et façonnent des pratiques militantes genrées ; comment en retour les vies individuelles et les identités sexuées ont été intimement éprouvées – voire transformées – par l’engagement en situation extrême (lutte armée, clandestinité, exil, répression et tortures). En ce sens, il s’agit de poursuivre la réflexion initiée par certains travaux liant violence et affirmation virile (Foucher 2005, Taraud 2011), notamment chez de jeunes hommes déclassés pour lesquels l’expérience de l’action en groupe peut devenir un moyen d’affirmation face aux aînés (Rillon 2017) ou par rapport aux femmes. Pour les militantes également, l’engagement « à haut risque » (McAdam 1986) contribue à forger des trajectoires paradoxales d’émancipation. Certaines Algériennes témoignent ainsi avoir gagné en estime d’elles-mêmes, conquis une liberté (notamment de mouvement) et adopté une nouvelle hexis (port du pantalon et des cheveux courts, dévoilement) (Vince 2015, Le Foll Luciani 2016). Mais la participation à ces violences peut également venir ébranler les conceptions dominantes de la masculinité et provoquer des blessures intimes (Branche 2004) qu’il conviendra d’étudier pour les militant.e.s des deux sexes.

S’inscrivant dans une démarche à la fois pluridisciplinaire (histoire, sociologie, littérature) et comparatiste, cette journée fait de l’analyse empirique le fondement de sa démarche. En ce sens, une attention soutenue sera portée à l’analyse des sources guidée par deux questionnements transversaux : identifier les sources de la violence politique et interroger la construction du genre dans ces matériaux.

Calendrier :

Septembre 2018 : lancement de l’appel à communication

15 novembre 2018 : date limite de réception des propositions de communication

20 décembre 2018 : réponse aux propositions de communication

4 septembre 2019 : date limite de réception des communications complètes

3-4 octobre 2019 : Journées d’étude

Modalités de soumission

Les propositions de communication – en français ou en anglais – feront 4000 signes, incluant un court CV et une liste non-exhaustive de publications.