Chebli Denia

Écoutez l’enregistrement de la communication

Summary : « The ambiguity of the status of women activists within the MNLA. Overvaluation and gender reassignment ».

This contribution focuses on how activists in the National Movement for the Liberation of the Azawad (MNLA) have been transmitting and keeping alive the memory of rebellions and repression since 1963 through family remembrance. Within the MNLA, which instigated the conflict in northern Mali in January 2012, political socialization takes place mainly within intimate and family circles. These stories help to shape the emotional arguments that underlie activists’ engagement, create the narrative of a common destiny and reveal a social order.

I propose a cross-case analysis of several group interviews conducted within family circles, and with family members from different generations. When several members of the same family tell of the violence they have experienced, it is often the matriarch who guides the interview, indicates which memories and traumas can be shared, and manages individual emotions. In addition, the accounts of previous rebellions, often shrouded in an aura of mystery, reveal certain recurring patterns that touch on magic: sudden deaths on the way back from an official dinner; a woman who has her throat cut but does not die. These anecdotes also contain an element of moral punishment: the sudden fainting of a woman who steals a corpse; the infertility of the rebels who signed the 1992 Peace Agreement; or the blindness of a young activist who disobeyed her mother, a leading activist within the MNLA.

Résumé : « L’ambiguïté du statut des femmes militantes au sein du MNLA. Survalorisation et réassignation genrée »

Cette communication porte sur la manière dont les militants du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) transmettent et mobilisent une mémoire des rebellions et des répressions depuis 1963 par la remémoration en famille. Au sein du MNLA, qui déclenche le conflit au nord du Mali en janvier 2012, la socialisation politique s’effectue essentiellement au sein des cercles intimes et familiaux. En effet, la rébellion, née d’un mouvement politique fondé deux ans auparavant par des étudiants, est faiblement institutionnalisée et donne à voir une répartition genrée des tâches militantes (politique, militaire et logistique) et une transmission des compétences au sein des cercles familiaux. Ces activités s’accompagnent de pratiques de remémoration qui permettent aux anciens le partage de leurs souvenirs.  Ces récits contribuent à façonner l’argumentaire émotionnel qui sous-tend l’engagement des militants et participent à la mise en récit d’un destin commun. Ceux qui ont participé aux anciennes rébellions racontent – parfois pour la première fois – des expériences souvent traumatiques aux militants plus jeunes.

Sur un plan méthodologique, cette communication propose une analyse croisée de plusieurs entretiens collectifs réalisés à l’intérieur de cercles familiaux, réunissant des interlocuteurs et des interlocutrices de différentes générations. Quand plusieurs membres d’une même famille témoignent de la violence vécue, souvent la doyenne guide l’entretien, pointe le choix de souvenirs et de traumas qui peuvent être partagés et prend en charge les émotions individuelles. De plus, les récits des rébellions précédentes, souvent entourées d’un halot de mystère, permettent de mettre à jour certains schèmes récurrents qui touche au magique : des décès soudains au retour de diner officiel, une femme égorgée qui ne meurt pas. Ces discours révèlent une dimension de punition morale : l’évanouissement soudain d’une femme qui vole un cadavre, l’infertilité des rebelles signataires de l’Accord de paix de 1992 ou la cécité d’une jeune militante après avoir désobéi à sa mère, grande figure militante au sein du MNLA. Par ailleurs, ces récits donnent à voir les violences sexuelles subies, leur gestion à l’intérieur des cercles familiaux et leurs effets sociaux et psychiques sur le long terme. Enfin, ces pratiques discursives ont trois effets essentiels sur l’action politique et armée : elles créent du lien entre générations (les plus jeunes interrogeant la mémoire des anciens), légitiment la rébellion et impliquent émotionnellement les jeunes militants, investis d’un « devoir de génération ».

Cette communication se base sur huit terrains de recherche effectués entre 2012 et 2018 en Mauritanie, en Algérie, au Niger, au Maroc et au Mali, d’une durée de 7 mois au total, et la réalisation de 160 entretiens individuels et collectifs, d’observations en milieu militant et d’une collecte de documents internes aux mouvements politiques. Ce travail s’inscrit dans une thèse de science politique intitulée « Ancrage social, sécessionnisme et lutte armée au Nord-Mali : le cas du MNLA », sous la direction de Johanna Siméant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au sein de l’ERC Social Dynamics of Civil Wars, dirigé par Gilles Dorronsoro.

Biographie :

Chebli Denia s’intéresse aux transformations politiques des mouvements armés durant la guerre et lors du processus de paix.

Elle est en thèse de Science Politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne sous la direction de Johanna Siméant et membre de l’ERC Social Dynamics of Civil Wars dirigé par Gilles Dorronsoro. Elle a été formée à la réalisation documentaire aux Ateliers Varan et a obtenue son master d’Anthropologie sociale à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Son mémoire de master retrace le processus de création du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) au Nord-Mali.

Elle conduit ses recherches en Mauritanie, Algérie, au Niger, Maroc et Mali.

Publications :

  • «  La révolte en héritage : militantisme en famille et fragmentation au Nord-Mali (MNLA) » Cahiers des études africaines, numéro dirigé par Marie Brossier, [à paraître]
  • «  Du MNA au MNLA : le passage à la lutte armée » Noria research, 2014