Debos Marielle

Écoutez l’enregistrement de la communication

Summary : « The politicization of sexual violence in Chad: women’s rights, national honour and masculinist protection« 

In this paper, I explain how the gang rape of a high school girl triggered an unprecedented mobilization and became a state affair in Chad. I explore the conflicting registers of discourse and ways of framing rape that were used by male and female activists in Chad and in France. I aim to highlight what was rendered visible and what was excluded and occulted in the prominent discourses. I show that the public problematization of sexual violence does not automatically imply a questioning of the sexual order. On the contrary, nationalist and patriarchal representations of women’s bodies reinforced a logic of masculinist protection. As for French neo-orientalist feminists, they adopted the stance of the protector in the relation to Chadian women and reactivated colonial tropes.

Résumé : «La politisation des violences sexuelles au Tchad : droits des femmes, honneur national et protection masculiniste.»

En février 2016, le viol d’une lycéenne par des fils de ministres et d’officiers supérieurs déclenche une mobilisation sans précédent dans plusieurs villes du Tchad. Pour la première fois dans l’histoire du pays, des manifestations sont organisées dans plusieurs régions pour dénoncer le viol et l’impunité des proches de la présidence. En pleine campagne électorale pour la présidentielle, le viol de Zouhoura devient rapidement une affaire d’Etat. La recherche s’attache à montrer les processus de politisation et de dépolitisation des violences sexuelles au cours de la mobilisation et lors du procès des violeurs. Quelles dimensions de la violence ont été rendues visibles ? Lesquelles ont au contraire été invisibilisées ? La communication montre la concurrence entre plusieurs registres : la condamnation morale, la dénonciation du viol comme violence politique (Zouhoura devenant un symbole de la nation violée par le régime) et la politisation des violences sexuelles. Ces différents registres sont portés par des entrepreneur.e.s de mobilisation aux ressources inégales au Tchad et dans la diaspora. La communication conclut que si l’affaire Zouhoura a permis une politisation de l’impunité des « intouchables », elle a largement invisibilisé la dimension genrée des violences sexuelles.

Biographie :

Marielle Debos est maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris Nanterre et membre de l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP) (depuis 2010). Elle est par ailleurs membre junior de l’Institut Universitaire de France (IUF) (2016-2021). Son ouvrage Living by the gun in Chad: Combatants, Impunity and State Formation (Zed Books, 2016) montre comment les hommes en armes vivent entre guerre et paix au Tchad et explique comment la violence est devenue une partie intégrante de la vie politique et économique du pays. Elle a également mené des recherches sur les formes routinisées de violence qui marquent l’entre-guerres, c’est à dire les espaces et temps où la guerre semble suspendue. Elle a travaillé en collaboration avec l’historien Nathaniel Powell sur l’histoire de l’armée française au Tchad. Elle développe en parallèle un nouveau programme de recherche sur l’invention du marché de la biométrie électorale en Afrique.

Lien vers sa page personnelle : http://www.isp.cnrs.fr/?DEBOS-Marielle

Sélection de publications :

« Regard sur le genre de la guerre : autour des travaux de Cynthia Cockburn, Jules Falquet et Andrée Michel », Travail, genre et sociétés, à paraître, n°41, 2019.

“L’autre pays des ‘guerres sans fin’ : une histoire de la France militaire au Tchad (1960-2016)”, Les Temps Modernes, n°693-694, 2017, p. 222-266, avec Nathaniel Powell.

Living by the gun in Chad: Combatants, impunity and state formation, Londres, Zed Books, 2016.