Foucher Vincent

Écoutez l’enregistrement de la communication

Vincent Foucher (CNRS-LAM) : “Gender, agency and responsibility. A few notes about women associated to Boko Haram”

Western discourse on the position of women in the Nigerian hjihadi organisation is structured around two dominant figures: the “Chibok girls”, students abducted from their boarding school by the jihadi fighters, and the young women sent on suicide bombings, often described as drugged or manipulated. In the conflict that tears up the northeast of Nigeria, women figure as hyper-victims. One suspects this Western narrative of a fundamental female innocence is the other side of a topos, that of an Islamic/Islamist masculinity supposed to be deeply sexist. To be true, the tendency to consider women as victims is alos present in Nigeria itself. It is thus much easier for women associated with Boko Haram to make it back to the government-controlled areas, or to get out of government prisons and transit camps than for men.  In a rather deliberate way, militants send their wives across for a variety of things – supply and trade, treatment, exploration of surrender options. The “real” militants of Boko Haram, they are the rijal, an Arabicterm that designates the real, virile “men”.

Nonetheless, in situations of established patriachical domination, a number of the women involved did find in Boko Haram, before and after it turned to violence, a form of agency. This is the case even for some of the women kidnapped by the jihadists, and these cases cannot be summed up under the facile notion of “Stockholm syndrom”. 

Paradoxically, this agency, since it has not come along with direct involvement in violence (with the exceptional case of survivors of suicide bombings) is ignored – and increasingly so – as the women return to the government side. In the end, it is almost as if it is less the the commitment of these women with Boko Haram which is a problem than the fact that their current situation violates the rules governing matrimony: they have married without or against the choice of their families and they come back with an uncertain matrimonial status (is their Boko Haram husband dead or alive? Is he coming back to take revenge and take back his wife?), with no man to help face the costs associated to children. In some cases, the fate of women who were willing associates of Boko Haram does not differ significantly from that of women who were coerced into joining.

Based on interviews with two dozen women associated with Boko Haram, the present contribution will describe and analyse the trajectories of these women to try and work out the logics of the committment, mobilisation and responsibility of women in the northeast of Nigeria.

Résumé : «Genre, agencéité, engagement et responsabilité. Notes à propos des femmes associées à Boko Haram»

Le discours occidental sur la part des femmes dans l’organisation djihadiste nigériane Boko Haram est structuré par deux figures dominantes: les « Chibok girls », collégiennes arrachées à leur internat par les combattants djihadistes, et les jeunes filles envoyées commettre des attentats suicides, qu’on dit souvent droguées ou manipulées. Dans le conflit qui déchire le nord-est nigérian, les femmes seraient donc des hyper-victimes. On peut soupçonner que ce présupposé occidental d’une innocence féminine absolue est le versant d’un topos, celui d’une masculinité islamique/islamiste supposée profondément sexiste. A dire vrai, la tendance à considérer la femme comme victime existe aussi au plan national et local, dans le nord-est du Nigeria. Il est ainsi beaucoup plus facile pour les femmes associées à Boko Haram de rejoindre le côté gouvernemental, ou encore de sortir des prisons et des camps de transit du gouvernement que pour les hommes.  De manière assez délibérée, les militants envoient leurs femmes au travers des lignes pour toutes sortes de choses – commerce, soin des enfants, exploration des possibilités de reddition. Les vrais militants de Boko Haram, ce sont bien les rijal, terme arabe qui désigne « les hommes, les vrais ». 

Il n’en reste pas moins que dans des situations préalables de domination patriarcale, une partie au moins des femmes concernées a pu trouver dans Boko Haram, avant comme après le passage à la lutte armée, une forme d’agencéité. C’est le cas même de certaines femmes enlevées par les militants djihadistes, et ces cas ne se résument pas à la formule trop facile du « syndrome de Stockholm ».  

Paradoxalement, cette agencéité, parce qu’elle s’est faite généralement sans passage par la violence (hormis le cas, très exceptionnel, des survivantes de tentatives d’attentats-suicides), est largement – et de plus en plus – ignorée à leur retour. Au fond, c’est moins l’engagement de ces femmes auprès de Boko Haram qui est un problème que le fait que leur situation actuelle viole les règles de la circulation matrimoniale : elles se sont mariées sans ou contre l’avis de leurs familles et leur reviennent avec un statut matrimonial incertain (leur mari est-il encore en vie ou pas ? va-t-il venir reprendre sa femme et se venger ?), sans homme pour prendre en charge les dépenses liées aux enfants. En témoigne le fait que le sort fait aux femmes engagées volontaires et aux femmes enlevées est souvent assez proche. 

A partir d’entretiens réalisés avec une vingtaine de femmes associées à Boko Haram, on tentera d’éclairer certains parcours pour comprendre les logiques de l’engagement et de la responsabilité féminins dans le nord-est nigérian. 

Biographie :

Vincent Foucher est chercheur CNRS, affilié au laboratoire Les Afriques dans le monde.
Son doctorat traitait de l’histoire du mouvement séparatiste en Casamance, au sud du Sénégal, à partir de l’époque coloniale et jusqu’à son apparition sur la scène sénégalaise, au début des années 1980. Il a travaillé ensuite sur le conflit armé en Casamance proprement dit. Il a également travaillé plus largement sur la vie politique sénégalaise contemporaine, et commencé à travailler en Guinée-Bissau et en Gambie, pour y suivre les ramifications et les impacts du conflit casamançais, avant de s’intéresser en particulier aux dynamiques politiques internes à la Guinée-Bissau. En disponibilité quelques années auprès de l’organisation non-gouvernementale International Crisis Group, il a étudié la Guinée Conakry (notamment les questions politiques, électorales et communautaires). Plus récemment, il s’est intéressé au mouvement djihadiste Boko Haram, né au nord-est du Nigeria et qui affecte certaines zones des voisins du Nigeria dans le bassin du Lac Tchad (Tchad, Niger et Cameroun)

Lien vers sa page personnelle : https://sciencespobordeaux.academia.edu/VincentFoucher