Harpin Tina

Écoutez l’enregistrement de la communication

Summary : “Speaking out Against Apartheid and Perverted Love: Bessie Head, Life and Writings”

This article focuses on the life and writings of South-African writer Bessie Head. Born in 1937 in a mental institution in Pietermaritzburg, she is the illegitimate child of a white woman, the daughter of a horse breeder, and a black stable lad. Being “born a crime”, she was deeply affected by the violence of Apartheid from her early beginnings. With neither family nor native country where she could be accepted, she lived in exile in Botswana from 1964 until her death in 1986. Bessie Head resisted political violence, by calling herself “stateless” and by rejecting political parties.  She describes her loneliness in her writings, as well as her interest for esoterism and Hinduism. Atypical, she was not recognized as an “African writer” nor as a “political writer”. Nonetheless, she wrote a severe critique of the Apartheid regime in her essays and in her first novel published after her death, The Cardinals. We’ll demonstrate how Bessie Head confronts political violence by denouncing the destruction of family and love in this novel as well as in her essays. We will be analyzing her position and her writing through the prism of gender, which allows for a particularly insightful critique.

Résumé : «Dénoncer l’apartheid et la perversion de l’amour : la vie et l’écriture de Bessie Head»

« Je ne suis rien, d’aucune tribu, d’aucune race, et pour cette raison, parée de mon arrogance puérile, je me tiens dans une attitude défensive vis-à-vis de vous tous. Si je fais amende honorable maintenant, c’est seulement parce que mon idéal d’amour est bien loin des conflits mesquins, des divisions et querelles de notre époque. » Bessie Head, «Africa», The Cardinals & Other Short Stories and Meditations


Dans cette communication, je souhaite présenter le parcours de vie et l’œuvre de l’écrivaine d’origine sud-africaine Bessie Head. Née le 6 juillet 1937 dans un hôpital psychiatrique à Pietermaritzburg, elle est l’enfant illégitime d’une jeune femme blanche, fille d’éleveurs de chevaux, et d’un garçon d’écurie noir. Son existence est d’emblée marquée par la violence de l’apartheid qui sépare ses parents, qui la prive de famille puis de pays. Exilée au Botswana en 1964 jusqu’à sa mort en 1986, elle y est naturalisée au bout de quinze ans. Figure atypique de la résistance aux violences politiques, elle se décrit comme « sans Etat » et insiste sur sa solitude dans ses essais. Elle se démarque des autres écrivains dits engagés par son attirance pour l’ésotérisme, sa conversion à l’hindouisme et son dégoût des partis politiques. Elle souffrit aussi qu’on lui trouvât souvent « une froideur et un détachement dans l’écriture qui n’étaient pas africains »[1].

Selon Lewis Nkosi, Bessie Head n’est « en aucune manière connue, identifiable, en tant que romancière politique »[2]. Pourtant, ses écrits font émerger une critique sévère du régime d’apartheid, ce que je montrerai en citant ses essais autobiographiques et en analysant son premier court roman, publié de façon posthume, The Cardinals[3]. Cette fiction met en scène la rencontre amoureuse, en Afrique du Sud, d’un homme et d’une femme qui sont père et fille sans le savoir. A travers l’écriture de l’inceste, Bessie Head dénonce la perversion de l’amour et la dislocation de la famille en Afrique du Sud sous l’apartheid. Dans sa réflexion, le couple apparaît comme l’unité sociale première sur laquelle peuvent se fonder les révolutions. Nous ferons le lien entre cette écriture politique de l’amour et de ses limites et la vie de l’auteur, à travers une étude littéraire intégrant des notions utilisées en sciences humaines pour penser les constructions de genre, leurs enjeux et leur caractère politique.


Biographie :

Actuellement maître de conférences à l’Université de Guyane, agrégée de Lettres modernes et docteure en littérature comparée, j’ai travaillé en thèse sur les écritures fictionnelles de l’inceste et de la race aux États-Unis et en Afrique du sud aux XXème et XXIème siècles. Je poursuis mes recherches sur les rapports problématiques entre la famille, la communauté et la nation dans les littératures américaines, africaines et antillaises, francophones et anglophones. J’anime avec mon collègue Ahmed Mulla un séminaire sur les féminismes postcoloniaux (FEMPOCO) dans le cadre des activités du laboratoire MINEA (organisation de huit conférences en 2018 avec des invités de l’hexagone et des intervenants de l’Université de Guyane). J’ai participé à de récents ouvrages collectifs tel Heritage and Ruptures : Indian Literature, Culture and Cinema (Cambridge Scholars Publishing, 2017), Écrire et penser le genre en contextes postcoloniaux (Peter Lang, 2017) et Corps écrit, corps écrivant : le corps féminin dans les littératures francophones des Amériques (Peter Lang, 2016). J’ai aussi contribué à l’écriture de notices pour le Dictionnaire universel des femmes créatrices, et j’ai co-dirigé, au sein du Collectif Write Back, l’ouvrage Postcolonial Studies : modes d’emploi, publié aux PUL en 2013.

Lien vers sa page personnelle : http://univ-guyane.academia.edu/TinaHarpin


[1] Craig MacKenzie avec Cheryl Clayton (dirs.), Between the lines : interviews with Bessie Head, Sheila Roberts, Ellen Kuzwayo, Miriam Tlali, Grahamstown: South Africa National English literary museum, 1989, p.12.

[2]  Lewis Nkosi, Tasks and Masks: Themes and Styles of African Literature, Harlow, Essex, Longman, 1981 p.102.

[3] Bessie Head, The Cardinals, With Meditations and Short Stories [1960-1962], édité et préfacé par M.J. Daymond, Oxford: Heinemann Educational Publishers, 1993; A Woman Alone, Autobiographical Writings [1990], textes choisis, édités et présentés par Craig MacKenzie, Oxford: Heinemann Educational Publishers, 2007.