Hivert Joseph

Écoutez l’enregistrement de la communication

 Résumé : «L’engagement des femmes de militants dans le Mouvement des familles de détenus politiques au Maroc : entre carrières d’affranchissement et réassignations sexuées»

En janvier 1977 se tenait à Casablanca le procès du « groupe Serfaty », au cours duquel 120 militants du mouvement marxiste-léniniste marocain furent jugés et condamnés pour « atteinte à la sécurité intérieure de la Nation » après avoir été arrêtés et mis au secret au Derb Moulay Cherif (un centre de détention secret). Au cours des années 1970-1980, les principales organisations marxistes-léninistes (Ilâ-al-amâm, 23 mars), nées au début des années 1970, sont démantelées sous l’effet de la répression (disparitions forcées, arrestations arbitraires, etc.) : une grande partie des militants est alors emprisonnée pour des périodes plus ou moins longues (de 3 à 17 ans). Cette communication souhaite interroger les conséquences de la détention des militants sur leurs familles et sur leurs épouses ou conjointes plus spécialement.

Premièrement, on montera que ces dernières sont exposées aux « dispositifs répressifs familiaux » déployés par le régime. Comme dans d’autres contextes répressifs (Feldman, 1991 ; Boutron, Constant, 2014), les liens affectifs et familiaux sont en effet utilisés par le régime comme moyens de pression sur les militants[1]. Les femmes sont la cible d’une répression spécifique, genrée : elles sont perçues et traitées par le régime comme des individus déviants, au nom de la rhétorique de l’ « ennemi de l’intérieur » mais aussi au nom des normes traditionnelles de genre qu’elles subvertissent. La représentation des femmes comme materfamilias, « gardiennes » des mœurs et des valeurs familiales, investies de l’honneur des hommes et de la nation (Zerari, 2006 :76), porte en effet à les tenir pour responsables du comportement politique « déviant » de leurs époux.

Deuxièmement, les disparitions forcées, les arrestations arbitraires et les emprisonnements entraînent l’engagement des épouses (mais aussi des mères et des enfants) de militants dans une mobilisation au long cours : le Mouvement des familles de prisonniers politiques. À l’extérieur de la prison, elles tissent des liens étroits et entreprennent diverses actions collectives pour la cause des prisonniers politiques. Si elles se tenaient ou étaient tenues, jusqu’alors, à distance du militantisme révolutionnaire de leurs époux, l’expérience de l’arbitraire les projette dans l’action collective. Elles vivent là une expérience militante extrêmement intense, décrite comme une période d’« exaltation », de « bouillonnement », de « haute passion ». Elles retirent de leur engagement des bénéfices collectifs (amélioration des conditions de parloir, etc.) mais aussi diverses satisfactions et gratifications personnelles : elles prennent de l’assurance, gagnent en estime de soi, engrangent compétences et savoir-faire militants, apprennent à manipuler les idéologies en vigueur et se déprennent, au moins temporairement, de la tutelle des hommes[2].

Troisièmement, cette communication examinera les carrières militantes des épouses après la libération des détenus politiques et la fin du Mouvement des familles. Continuent-elles de militer à partir des années 1990 ? Et si oui, sous quelles formes, dans quels collectifs et selon quelles modalités? Alors qu’elles remirent en cause la division sexuée du travail militant, par la non-mixité qu’elles réussirent à imposer au sein de leur mobilisation, qu’advient-il lorsque les militants sortent de prison ? On montrera ici que le retour des militants dans la sphère domestique et les expériences de maternité entraînent dans l’ensemble la réassignation sexuée des épouses et un renforcement de la division sexuelle du travail domestique et militant. Leur expérience militante dans le Mouvement des familles apparaît alors comme une « parenthèse enchantée » qui se referme à partir des années 1990. L’analyse des trajectoires biographiques permettra ainsi de pointer la fragilité des avancées et l’ambiguïté de leurs conquêtes.

Cette communication repose sur des données empiriques récoltées dans le cadre d’un travail de thèse qui porte sur les générations militantes au Maroc et sur la transmission intergénérationnelle des dispositions contestataires en situation autoritaire. Plusieurs campagnes d’entretiens biographiques avec les membres de familles militantes (père, mère et enfants) (n=30) ont été réalisées entre 2012 et 2016.

Biographie :

  • Doctorant au Centre de Recherche sur l’Action Politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL). Thèse : La transmission intergénérationnelle des dispositions politiques et contestataires en contexte autoritaire. Histoire de familles militantes marocaines des années soixante-dix à nos jours. Sous la direction d’Olivier Fillieule et de Frédéric Vairel.
  • ATER, Université de Mulhouse. Chercheur associé au laboratoire SAGE UMR 7363

Lien vers sa page personnelle : http://unil.academia.edu/JosephHivert

Publications

  • « Une ”cause” perdue. Une sociologie du désenchantement politique et des coûts de l’engagement militant », Actes de la recherche en sciences sociales, 2019/3 (N° 228), pages 29 à 41. Lien vers l’article
  • « “ Join up, they said ! ” The Biographical Consequences of Engagement in Morocco for the “1970s Generation” and its Children » (with Frédéric Vairel), in O. Fillieule, E. Neveu (dir.), Activists Forever? The Long-Term Impacts of Political Activism in Various Contexts, Cambridge University Press, Cambridge, 2019.
  • « Numériquement marginaux mais politiquement importants? La médiatisation internationale d’une association des Droits de l’homme au Maroc » (avec Dominique Marchetti), Journal des anthropologues, n°142-143, 2015, p. 227-250.

[1] Nombreuses sont les épouses interviewées qui furent arrêtées arbitrairement, interrogées, menacées, assignées à domicile, insultées, brutalisées, voire en certains cas mises au secret et torturées.

[2] Arguant du fait que le mouvement des familles sera davantage réprimé par le régime si des hommes y prennent part, elles refusent, à la fin des années 1970, que des hommes (frères, amis du détenu, etc.) se joignent à leur action collective.