Le Foll Luciani Pierre-Jean

Écoutez l’enregistrement de la communication :

Summary : “Living and remembering political violence. Gilberte Chemouilli, a communist and three repressions in (post-)colonial Algeria through a gender prism”

This article aims to study through a gender prism the effects of repressive violence on the trajectory and on the memory of an Algerian communist woman. Gilberte Chemouilli was born in 1917 in Algiers, where she lived until 1994. Daugther of a Christian mother from France and of a Jewish father from Algeria, she was first a French citizen, then became a « Native Jew » according to the Vichy law, and finally chose to be an Algerian citizen after the Independence. As a communist, she struggled in underground networks in 1940, 1956 and 1965 and was arrested at three times: tortured by the French police and imprisoned during the Second World War, expelled from Algeria by the French authorities during the Algerian War of Independence, tortured by the Algerian army and imprisoned in 1965 after Boumediene’s coup. Her trajectory and the way she talks about her violent past reveal the gendered side of repression, of its biographical effects and of its verbalization.

Résumé : «Une communiste et trois répressions au prisme du genre en Algérie (post-)coloniale»

Cette communication se propose d’étudier au prisme du genre les effets de la violence répressive sur la trajectoire et les récits mémoriels d’une militante communiste algérienne, Gilberte Chemouilli. Née en 1917 d’un père juif algérien et d’une mère chrétienne d’origine métropolitaine, Gilberte Chemouilli a vécu à Alger jusqu’en 1994, sous trois statuts juridiques successifs : citoyenne française, « indigène israélite », et citoyenne algérienne. Adhérente du Parti communiste algérien (PCA) à l’âge de 20 ans, elle connut entre 1939 et 1965 trois périodes de clandestinité durant lesquelles elle subit à trois reprises la violence répressive : torturée et emprisonnée pendant la Seconde Guerre mondiale, expulsée d’Algérie pendant la guerre d’indépendance, elle fut de nouveau torturée et emprisonnée suite au coup d’État de Boumediene en Algérie indépendante.

Sa trajectoire nous est en partie connue, d’une part, par les archives administratives françaises, par des publications du PCA et par les récits d’anciens camarades ; d’autre part, par plusieurs dizaines d’entretiens informels que j’ai menés avec elle entre 2007 et 2018, année de son 101e anniversaire. Ces entretiens m’ont permis de collecter des éléments biographiques que les archives ne peuvent pas dire. Surtout, ayant été réalisés sur le mode de la discussion amicale, le plus souvent en présence de tiers (famille et ami-e-s), ils m’ont permis d’observer les mises en récit qu’elle faisait de son passé, et singulièrement de ces trois épisodes répressifs.

C’est donc aussi bien la trajectoire militante de Gilberte Chemouilli que sa manière de mettre en récit la violence politique que je souhaite analyser ici comme des révélateurs des variables genrées de la répression, de ses conséquences biographiques et de sa verbalisation. D’une part, l’étude de sa trajectoire permet de questionner les conséquences politiques, sentimentales et identitaires de la violence : les trois répressions subies par Gilberte Chemouilli, si elles témoignent d’une grande continuité de ses engagements politiques, ont correspondu à trois ruptures de sa vie affective et à des reconfigurations de ses identités sexuée et « raciale ». D’autre part, sa mise en récit a posteriori de son engagement et des violences qu’elle a subies est fortement genrée, et présente des différences significatives avec les récits des mêmes faits produits par ses camarades hommes.

Biographie:

Pierre-Jean Le Foll Luciani est agrégé et docteur en histoire, chercheur associé à l’université Rennes 2. Sa thèse portait sur les juifs algériens qui ont participé à la lutte anticolonialiste, de l’entre-deux-guerres à l’indépendance de l’Algérie.
Il ne pourra pas être présent au colloque mais son texte sera discuté.

Publications :

  • « « J’aurais aimé être une bombe pour exploser ». Les militantes communistes algériennes entre assignations sexuées et subversions des rôles de genre (1944-1962) », dossier « Femmes africaines et mobilisations collectives (années 1940-1970) », Le Mouvement social, 2016/2, n°255, p. 35-55
  • Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, PUR, 2015, 541 p.
  • « Un microcosme de l’Algérie nouvelle ? Le Parti communiste algérien clandestin à Constantine pendant la guerre d’indépendance (1954-1962) », Atala. Cultures et sciences humaines, n°16, 2013, p. 245-258.
  • Le Camp des oliviers. Parcours d’un communiste algérien, Rennes, PUR, 2012, 337 p.