Mahfoudh Amel et Dorra Mahfoudh Draoui

Écoutez l’enregistrement de la communication :

Summary :“Couples facing torture and prison: The difficult rebuilding of conjugal and family life”

In Tunisia, 50 years of dictatorships and repression have had a significant human impact. Several reports from international organizations have revealed that human rights violations persisted until 2011, despite the ratification of several international conventions (Geisser and Gobe, 2007; Amnesty International, 2010). These human rights violation include acts of torture in police stations and prisons, unfair trials and judgments, campaigns of defamation and harassment of activists and dissidents, restrictions on freedom of expression, deprivation of income and impoverishment, and even deaths under torture and in detention for lack of medical care. These violations and other abuses are particularly serious when they affect women (Boloquy, 2013), children and entire families, because of their long-term psychological and social impact (Human Right Watch, 2010).

In the aftermath of the 2011 revolution, with the desire to facilitate national reconciliation, Tunisia chose to create a state body, the Truth and Dignity Instance (TDI), to investigate past human rights violations. The TDI received 62716 cases and conducted 49654 hearings, several of which were public hearings filmed and broadcast on the national television channel.

Our article will present the results of a qualitative research, conducted in collaboration with the TDI, to document the impact of human rights violations on people, whether they are direct or indirect victims, on their married and family life and according to a gender analysis. We analyze 30 life stories (respecting gender parity) and more than 10 public hearings (Transcribed). We have also included a quantitative component using the file registration database.

We will focus on the experience of the return to intimacy, to couple and family life. An intimate and daily life that is often difficult to rebuild due to sexual, physical and mental sequelae. The several years of imprisonment of which men were the most victims have an impact on the family life organization and a change in the gender status and role. The expected return to a previous lifestyle of before separation often reveals impossible.

Little researches have addressed this return to intimacy for political prisoners and even less for women political prisoners. Unhappy couple rebuilding and separations remain a relatively “taboo” subject because they taint the haloed image of the “survivor” and the “hero” (Cavani and Piketti, 2009; Latte-Abdallah, 2010).

Résumé : «Des couples face à la torture et la prison: De la difficulté à reconstruire une vie conjugale et familiale»

En Tunisie, plusieurs rapports d’organisations internationales ont révélé que les violations des droits humains ont persisté, jusqu’en 2011, malgré la ratification de plusieurs conventions internationales (Geisser et Gobe, 2007 ; Amnesty internationale, 2010). Il s’agit d’actes de torture dans les commissariats et les prisons, de procès et jugements injustes, de campagnes de diffamations et d’harcèlement des militant.e.s et dissident.e.s, de restrictions de la liberté d’expression, de privation de revenu et appauvrissement, et même de décès sous la torture et en détention faute de soins médicaux. Ces violations et autres mauvais traitements sont particulièrement graves quand ils touchent les femmes (Boloquy, 2013), les enfants et des familles entières, en raison de leur impact psychologique et social sur le long terme (Human Right Watch, 2010).

Au lendemain de la révolution de 2011, avec la volonté de faciliter la réconciliation nationale, la Tunisie a fait le choix de créer une instance étatique, Instance Vérité et Dignité (IVD), pour faire toute la lumière sur les violations des droits humains du passé. Une transition démocratique ne peut se faire sans l’instauration d’un Etat de droit où les citoyen.ne.s victimes sont entendues, où l’Etat luimême reconnait sa responsabilité et où les auteurs de violences reconnaissent leurs actes et en rendent compte.

L’IVD a reçu 62716 dossiers ou requêtes et elle a effectué 49654 audiences dont plusieurs ont été des audiences publiques filmées et retransmises sur la chaîne de télévision nationale. Les femmes ont été largement touchées. D’abord en tant que victimes directe des violations et surtout en tant qu’épouses, filles ou parentes de prisonniers politiques. Un dossier sur cinq déposés à l’IVD concerne une femme victime (IVD, 2015). Ce chiffre est probablement en dessous de la réalité, car les femmes ont souffert des conditions d’emprisonnement de leur conjoints et proches (éloignement des prisons, manque de moyens de transport, harcèlement de la part des gardiens, etc.) et aussi parce que les femmes ont été souvent victimes de harcèlement sexuel et de viols et plusieurs d’entre-elles n’ont jamais osé en parler, une situation que nous avons découvert lors de la recherche qualitative.

Les témoignages recueillis ont révélé un impact important sur la vie de couple et la vie familiale, des situations de séparation et des relations conflictuelles avec les enfants. Bref, un retour à l’intime et à la vie de famille qui s’avère difficile pour plusieurs personnes victimes. Nous retrouvons un schéma relevé dans d’autres contexte de répression ou de guerre (Latte-Abdallah, 2010 ; Cavani et Piketti, 2009).

Le projet de recherche dont sera tirée notre communication a pour objectif de saisir et documenter l’impact des violations des droits humains sur les personnes, qu’elles soient victimes directes ou indirectes, sur leur vie de couple et leur vie familiale selon une approche qui tienne compte de l’effet des rapports de genre. Une incursion dans cette vie intime qui, hors des projecteurs et du regard des autres, révèle les répercussions à long terme des violations et comment les personnes gèrent cette souffrance. Des récits de vie ont été effectués auprès de 30 personnes (parité hommes-femmes) et la retranscription de plus de 10 auditions publiques. Cette recherche qualitative a été également appuyée par un volet quantitatif utilisant la base de données d’enregistrement des dossiers.

Nous aborderons comment les violations ciblant les militant.e.s politiques et leurs entourage visait à détruire les personnes au plan physique, psychologique et social en les isolant. Les conjointes ont été souvent harcelées et obligées à renier leurs maris jusqu’à les pousser à divorcer. La recherche a révélé l’ampleur de la souffrance des femmes durant les périodes de violations et aussi après lorsqu’elles doivent reconstruire leur vie. Les femmes ont fait preuve de force pour trouver des solutions durables à leur situation et celle de leurs familles, elles ont acquis de nouvelles compétences et de nouveaux pouvoirs ce qui a changé leur rôle et statut au sein de la famille.
Peu de recherches ont abordé ce retour à la vie familiale et la difficulté de reconstruire une vie de couple à la sortie de prison. Les retrouvailles malheureuses et les séparations restent un domaine relativement « tabou » car ils entachent l’image auréolée du « survivant » et du « héro ».

Biographie :

Amel Mahfoudh, est sociologue, collaboratrice scientifique au sein de la Haute école de travail social de la HES·SO Valais, Suisse. Elle a coordonnée, avec Christine Delphy, un numéro de la revue Nouvelles Questions Féministes sur les mouvements féministes au Maghreb. Elle collabore avec plusieurs acteurs de la société civile tunisienne et particulièrement concernant les droits des femmes. Elle est co-chercheure de l’étude « impact des violations de droits humains sur la vie de couple des victimes ». Amel.mahfoudh@hevs.ch
Lien vers sa page personnelle : https://www.hevs.ch/fr/rad-instituts/institut-travail-social/collaborateurs/collaborateurtrice-scientifique-hes/mahfoudh-13615

Dorra Mahfoudh Draoui, professeure émérite de l’Université de Tunis, sociologue, elle est l’auteure de nombreuses recherches, articles et livres sur les femmes en Tunisie. Elle a publié de nombreuses contributions sur les droits des femmes et les rapports de genre. Elle est la chercheure principale du projet « impact des violations de droits humains sur la vie de couple des victimes ». draouisaida@gmail.com
Lien vers sa page personnelle :

Bibliographie :

  • Amnesty International (2010). Rapport annuel : Tunisie. https://www.amnestyusa.org/reports/annual-reporttunisia-2010
  • Boloquy Mathieu (2013). Les Victimes à la Une : Perceptions de victimes Burundaises vis-à-vis des Mécanismes de Justice Transitionnelle. Rapport de Impunity Watch, octobre 2013 (IW)
  • Cavanis Bruno et Guillaume Piketti (2009). Retour à l’intime au sortir de la guerre. Editions Tallendier. 2009.
  • Geisser Vincent et Éric Gobe (2007). « Des fissures dans la « Maison Tunisie » ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », L’Année du Maghreb, 2, 353-414.
  • Human Right Watch (2010). Répression des anciens prisonniers politiques « une prison plus vaste ». Rapport sur la Tunisie. IVD-Instance Vérité et Dignité (2015). Rapport annuel, Tunis. Consulté sur le site Web de l’instance : http://www.ivd.tn/wp-content/uploads/2017/12/Resume-Rapport-Annuel-IVD-2015.pdf
  • Latte Abdallah Stéphanie (2010). « Incarcération des femmes palestiniennes et engagement (19672009) », Le Mouvement Social, 2 (n° 231), p. 9-27.