Mises en récit de la violence politique et trajectoires (auto)biographiques

Écouter l’enregistrement des discussions de ce panel :

Le panel réunit trois contributions qui interrogent toutes trois la question du témoignage et de la fiction, de la mise en écriture autobiographique de la violence, de la légitimité à écrire lorsque l’on est une femme.

Trois parcours sont proposés : Gilberte Chemouilli, militante communiste en Algérie torturée sous plusieurs régimes différents, se met à l’écriture sous l’impulsion du Parti qui lui passe commande d’un témoignage pour raisons politiques (dactylo par ailleurs), puis beaucoup plus doucement lors de ses entretiens avec l’auteur de l’enquête – Pierre-Jean Le Foll Luciani – avec son mari. Elle y disparaît pour présenter des portraits de ses voisins et compagnons de route. Bessie Head est à l’opposé du spectre de la légitimité auctoriale : autrice reconnue internationalement, elle met en récit la violence de l’apartheid en Afrique du sud via la fiction, en relatant une histoire d’inceste, métaphore des enjeux raciaux et politiques. L’intime se dit dans le décalage de la fiction. Entre les deux pôles du témoignage militant et de la fiction d’auteur se trouvent les fondatrices du FEMRITE qui se rassemblent pour se donner à elle-même la légitimité à écrire (donner davantage de précisions sur les trajectoires intellectuelles et biographiques de chacune de ces femmes, et leurs relations au pouvoir), pour s’autoriser à prendre du temps pour raconter l’expérience de la guerre en Ouganda. Plusieurs générations de femmes interrogent ainsi le rapport à la violence dans l’écrit : le viol de guerre et le viol domestique agissant comme fils conducteurs des violences faites aux femmes.

Trois degrés de légitimités auctoriales se lisent donc : une militante qui s’autorise sur le tard à écrire, mais en passant par des portraits de proches disparus, des féministes qui se regroupent pour accéder à la légitimité, une métis exclue du système d’apartheid qui s’érige en figure littéraire par l’écriture de la violence. Toutes interrogent en réalité une même question : l’affirmation et disparition paradoxale de l’intime dans l’expression de la violence de genre.

Elara Bertho, discutante du panel