Panata Sara

Écoutez l’enregistrement de la communication :

Sara Panata (Paris 1 – IMAF) : “Rebellious market women during the First Nigerian Republic: when Nigerian market women’s violence shook up gender norms

This presentation analyses the violence committed by Nigerian activists during the First Republic (1963-1966) and its gendered meanings. Following Nigeria’s independence in 1960, the Nigerian political scene was reconfigured. The three major political parties, dominating the country’s political life and reflecting Nigeria’s colonial divisions into three regions, collapsed after the independence. As a result, historical leaders of Nigerian nationalism were excluded from the political scene. The new elections held in October 1965 opened a period of unprecedent violence in the region, which led to the 1966 coup d’état and which remained rooted in collective memories such as the « Wild, Wild West » (Oloko, 2007). What roles did women play in this period of violence? Through interviews with market women, press cuttings and recordings of partisan songs of the time, I will seek to trace the position of market women in these partisan struggles. Marginalized within political parties, the market women mobilized alternative and original forms of violence to make their voices heard. On the one hand, by advocating for peace, they closed markets to destabilize the economic stability; they threatened the established social order through marches where they exposed their nudity and sang offensive songs to draw attention to their claims. On the other hand, they directly participated in partisan violence aimed at neutralizing political opponents, by organizing stoning or, at the cry of « Wetie » (wet it), by spraying gasoline and burning down their opponents’ houses. At the crossroads between gender history and the sociology of social movements, this presentation aims to demonstrate the crucial role of market women in this period of political violence by highlighting how they have used and reversed gender expectations to make their voices heard in the political context of the Nigerian First Republic.

Résumé : « Des marchés en marche : Quand la violence des market women nigérianes fait trembler l’ordre genré (1963-1966)»

Cette communication interroge les violences commises par les militants nigérianes, principalement des marchandes, pendant la première République (1963-1966) ainsi que leurs significations sexuées. À la suite de l’indépendance du Nigéria, obtenue en 1960, l’échiquier politique nigérian se redessine. Les trois grands partis politiques qui dominent la vie politique du pays, reflétant la division coloniale du Nigéria en trois régions « ethnoculturelles », se fragmentent et certains leaders historiques du nationalisme nigérian sont écartés de la scène politique. Dans la région occidentale du pays, l’Action Group, parti pan-yoruba au pouvoir depuis les années 1950, s’effondre en 1962. Son leader historique, Obafemi Awolowo, et d’autres membres du parti sont emprisonnés l’année suivante, accusés de fraude ainsi que de trahisoncontre l’État (Falola et Heaton, 2008). Les nouvelles élections organisées en octobre 1965 ouvrent une période de violences sans précédent dans l’histoire de la région, qui conduit au coup d’état de 1966 et qui reste ancrée dans les mémoires collectives comme le « Wild, Wild West » (Oloko, 2007). Quels rôles jouent les femmes dans cette période de violences ?

En croisant des entretiens avec des marchandes qui étaient militantes, des sources de presses et des enregistrements de chants partisans de l’époque, on cherchera à retracer comment elles prennent position dans ces luttes partisanes centrales dans la formation d’un Nigéria indépendant. Marginalisées au sein des partis politiques, elles mobilisent des formes de violences alternatives et originales pour faire entendre leur voix. D’un côté, en plaidant pour la paix, elles ferment les marchés pour déstabiliser l’ordre économique ; elles menacent l’ordre social établi au travers de marches où elles exposent leur nudité et chantent des chansons injurieuses pour attirer l’attention sur leurs revendications. De l’autre, elles participent directement aux violences partisanes visant à neutraliser des adversaires politiques, en organisant des lapidations ou, au cri de « Wetie » (mouille-le), en aspergent d’essence et en brulant les maisons de leurs opposants.

À la croisée entre l’histoire du genre et la sociologie des mouvements sociaux, cette communication veut démontrer le rôle crucial et mal connu des marchandes dans cette période de violences politiques en soulignant comment elles ont utilisé et renversé des attentes de genre pour faire entendre leurs voix dans le contexte politique de la première République.

Biographie:

Panata Sara est doctorante en histoire à l’Institut des Mondes AFricains (IMAF), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne et à l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA, Nigéria)
Ses recherches en cours portent sur les mobilisations de femmes dans le sud du Nigeria entre les années 40 et les années 90. Elle étudie la façon dont les femmes se sont mobilisées pendant cette période, au niveau local, mais aussi à l’échelle nationale et internationale, en commençant par une analyse des mobilisations des femmes dans une sélection de villes du sud du Nigeria.
Lien vers sa page personnelle : http://cnrs.academia.edu/SaraPanata/CurriculumVitae